Le Mans Gallo-Romain

Introduction

L'histoire du Mans dans l'antiquité

Chronologie de la cité gallo-romaine

4000 ans avant J.C. une peuplade préhistorique vivait sur la colline de la future cité gallo-romaine : Vindunum.
En 52 avant J.C., La cité du Mans fut un des foyers de soldats nécessaires à la libération d'Alésia par l'armée de secours. D'après César, 5000 soldats Cénomans participèrent à l'expédition.
En 21 avant J.C., sous le règne d'Auguste, la cité Vindunum (Le Mans) devint la capitale des Cénomans.

En 12 après J.C. les habitants de cette cité participèrent à la dédicace de l'Autel des trois Gaules à Lyon. C'est cette même année que fut construit le temple de Mars Mullos à Allonnes. En 14, sous le règne de Tibère, on construisit le sanctuaire de la tour aux Fées à Sablé. En 21 après J.C., les peuples de l'Ouest, parmi lesquels celui du Mans, participèrent aux révoltes de Florus et de Sacrovir. En 50, des thermes firent leur aparition au Mans. De 69 à 96 furent construits la villa de Noyen ainsi que le théâtre d'Aubigné-Racan. En 161, la crise économique et sociale frappa la cité du Mans. De 260 à 274, des ateliers locaux émettaient de la fausse monnaie. Deux ans plus tard les Francs et les Alamans envahirent la cité.

Les remparts de la ville

Entre 284 et 305, la muraille du Mans fut édifiée pour faire face aux différents dangers. Cependant, en 287, des colons barbares s'installèrent au Mans. En 313, le christianisme fut déclaré comme religion officielle. Ce n'est qu'en 395 qu'il deviendra vraiment pratiqué. Enfin, en 510, la cité fut définitivement franche.

Le site de Vindunum

C'est sur un site supposé vierge que l'administration romaine créa la capitale de la civitas des Aulerques Cénomans. Son choix d'implantation s'explique par différents facteurs : sa position centrale au sein de la peuplade, son site de confluent qui le rattachait par la Sarthe, rivière navigable, à l'ensemble du bassin ligérien et par le passage de plusieurs voies terrestres franchissant par des gués ou des ponts cette rivière.

La vie à Vindunum

La vie matérielle

Bol à décor végétal Pièce de monnaie de la première tétrarchie Aux alentours de la cité, de petits éleveurs et cultivateurs s'occupaient de l'approvisionnement de celle-ci. Les habitants de Vindunum nous ont laissé des traces de leurs préférences culinaires. On trouve tout d'abord des porcins sauvages ou d'élevage, ensuite arrivent à égalité les bovins, les ovins, et les volailles. Finalement, on trouve le cerf et le poisson. Sur les marchés, on pouvait trouver du blé, du millet ou de l'orge, venant des campagnes avoisinantes. On trouvait également de quoi s'habiller avec du lin ou du chanvre tissé. Les ruraux locaux se servaient du jambon, de la laine et du fromage comme monnaie d'échange, ce qui prouve bien que la romanisation n'a pas très bien réussie dans la région. On importait également des moules et des huîtres qui étaient proposées aux nobles de la cité. Enfin, on pouvait s'approvisionner en outils, armes, vaisselle ou objets de toilettes en provenance de tout l'empire.

La vie religieuse

Stèle trouvée dans un puit rituel rue de l'Etoile

Bien qu'à Allonnes, ait été construit un temple romain, les dieux celtes sont toujours présents dans les esprits. Seuls quelques irréductibles Romains vénèrent les idoles de Rome. En effet, on a retrouvé, lors de travaux pour la construction de la place de la République, des puits qui sont probablement des puits à offrandes aux dieux celtes. On y a retrouvé des céramiques, des ossements d'animaux, des pièces de monnaies et des coquilles de fruits de mer. C'est leur position les uns par rapport aux autres qui a permis de dater les offrandes et donc d'en déduire les destinataires. Ce sont des puits qui permettent d'affirmer que la religion romaine n'a eu aucune répercussion chez les humbles, de même que le mode de vie de Rome ne s'est vu appliqué que chez les élites.

L'administration

Carte de la Gaule romaine

Le Mans fait partie de la seconde Lyonnaise. En 385, la cité se rattache à la troisième Lyonnaise qui a pour capitale Tours. Malheureusement, nous n'avons aucune documentation sur l'administration pure et simple de la ville. Nous pouvons juste dire que Vindunum était un "camp de repli" pour les troupes se trouvant sur les côtes et faisant face à la piraterie.

L'étendue de la cité

On peut affirmer que la cité ne s'est pas repliée totalement derrière la muraille. En effet, on a retrouvé de nombreuses céramiques sur la rive droite de la Sarthe qui nous confirment la présence d'un faubourg. Mais ces céramiques laissent croire également que le matériel romain a fini par triompher. Le temple de Mars Mullo à Allonnes nous permet également de penser que la cité était entourée de faubourgs.

Bilan de la vie religieuse et matérielle

Bien que la cité ait l'apparence d'une cité romaine, elle n'en possède pas ou peu les bases. En effet, les habitants n'ont jamais adopté la religion romaine et n'ont que très partiellement adopté le mode de vie romain.

Introduction